Con Stéphanie d´Oustrac

PRESENTACIÓN

Ce programme est né du désir de faire incarner par Stéphanie d’Oustrac, fiel cómplice de Amarillis, deux figures féminines emblématiques de la sensibilité baroque : la Vierge Marie et Didon, reine de Carthage. À l’époque baroque, Italia, la mise en musique de l’amour de Didon pour Enée, tout comme celui de Marie pour son fils, nous fait découvrir deux êtres aussi vulnérables et bouleversants l’un que l’autre, qui nous conduisent au cœur des passions humaines.

DISTINCIONES

Diapasón 5 *****

ResMusica « A emporter »

Muse baroque Muse d’or

Pizzicato (Luxemburgo) 4 corcheas

France Musique Coup de Cœur

BBC music magazine 5/5 performance and recording

Ópera Internacional Diamant

Audio en la parte superior 5/5

Klassik.com 4****


LO QUE DICE LA PRENSA

France musique { octubre 2011 } Coup de coeur

« Stéphanie d’Oustrac incarne tous ces personnages au plus près, comme toujours avec un sens du tragique idéal et une articulation parfaite… Elle est accompagnée avec maestria par l’ensemble Amarillis qui la soutient dans les moindres nuances. »

Radio Notre Dame { octubre 2011 } Claude Ollivier

« C’est la belle voix de Stéphanie d’Oustrac et la complicité de l’excellent ensemble « Amarillis » qui nous fait traverser avec une justesse de goût les méandres savoureux de cette musique qui relie dans son fond la musique sacrée et la musique profane dans leur beauté la plus intérieure. »

Lexnews { noviembre 2011 }

« Ce très beau programme touche aux émotions les plus profondes de l’homme. La beauté, la sensualité, et l’amour ouvrent le cœur de l’homme à de multiples passions, parfois inspirées et fertiles, d’autres fois destructrices et stériles. Le transport hors de soi, auquel renvoie l’extase, peut conduire à l’absolu, cet enregistrement inspiré de l’Ensemble Amarillis nous le fait mieux comprendre. »

L’ Éducation musicale { noviembre 2011 } Patrice Imbaud

« Stéphanie d’Oustrac [...] et ses complices de l’Ensemble Amarillis excellent dans cet exercice, dans une symbiose parfaite, vocale et instrumentale. Indispensable, à tous les amateurs de musique baroque. Une chanteuse, pleine de talent, à suivre… »

Classiquenews.com { 20 octubre 2011 } Benjamin Ballifh

« Magistrale incarnation. Reconnaissons aux instrumentistes qui accompagnent la diva française du Baroque sublimé, une sensibilité complice de tous les instants. »

BBC music magazine { diciembre 2011 } 5/5 performance and recording

“Mezzo-soprano Stéphanie d’Oustrac responds to the music’s vacillating moods with a gorgeous variety of vocal effects and colours. Directed by recorder player Héloïse Gaillard, ensemble Amarillis responds with equally mercurial temperaments, from sublimely intimate to brazenly flamboyant.”

Opéra international { febrero 2012 } Cyril Mazin

« Les mots prennent ici un sens, un poids absolument remarquables, et ce bien au-delà de la plasticité immédiate du chant. Les modulations, les inflexions, traduisent une palette expressive dont la justesse n’a d’égale que l’infinie beauté !

[...] Il faut dire qu’avec le soutien constant de l’ensemble Amarillis, la mezzo s’assure d’être enveloppée de la manière la plus raffinée qui soit. Dès la Canzon introductive, la cohésion sonore des musiciens se révèle persuasive. L’écrin instrumental fait preuve d’un équilibre subtil et précieux, oscillant entre intimisme et éloquence.

Aussi serait-il injuste de ne pas rendre un hommage appuyé à tous les pupitres d’Amarillis. Et, plus spécifiquement, à la flûtiste Héloïse Gaillard et à la claveciniste Violaine Cochard, dont l’implication zélée contribue à la pleine réussite de cet enregistrement splendide. »

Diaro de Sevilla { 07 de julio 2012 } Presse espagnole

« Stéphanie d’Oustrac es una de las voces francesas de las últimas generaciones que más éxito tiene en el repertorio antiguo. Timbre bellísimo y noble expresividad son sus armas. Aquí ofrece un recital que se fundamenta en los lamentos, todo un género del Barroco.
Las Didos de Cavalli, Scarlatti y Purcell se unen así a la Ariadna de Monteverdi (en su versión sacra: la Madonna) y a una cantata de Faggioli, con diversas piezas instrumentales de argamasa, para pasearse con fervor por la retórica y la emoción musicales de los siglos XVII y XVIII. El conjunto Amarillis acompaña equilibrado y firme. »

Gramófono { febrero 2012 } Lindsay Kemp

“Stéphanie d’Oustrac is likewise alert to the need for decorum here, and elsewhere demonstrates arresting dramatic personality and intelligence with text to go with a mezzo voice with flexibility, lyrical composure and fragility enough to prevent her from sounding like an identikit raving lady.
This sensitively designed programme also uses well-chosen instrumental items by Marini, Falconieri and Scarlatti to lead from one vocal piece to another or to initiate or conclude a section. They are all performed with gusto by Amarillis, a group who clearly enjoy taking trouble over such programmes as this.”

Educación musical { Mayo 2012 } Jean Pierre Robert

« Les immenses qualités de l’ensemble Amarillis : sonorités recherchées et grande technicité instrumentale. La flûte d’Héloïse Gaillard est, à elle seule, un autre sujet de ravissement. »

Klassik.com { 27 febrero 2012 } Silvia Bier

Un univers dans une voix« Pour un programme tellement centré sur l’expression dramatique de sensations extrêmes comme la douleur, le désespoir et l’extase, on n’aurait pu trouver meilleure interprète que la mezzo française. [...] On écoute fasciné, comment elle change radicalement le timbre de sa voix d’une phrase musicale à l’autre, comment elle tombe d’une sensation dans une autre. [...] Les thèmes des intermèdes instrumentaux sont choisis de manière réfléchie et façonnent les émotions et les ambiances musicales que reflètent les passions contenues dans les œuvres vocales. De cette manière les pièces instrumentales donnent une impression contemplative. »

Lanzamiento 2011
Etiqueta Ambronay
Distribución Harmonia Mundi


DISTRIBUCIÓN

CHANTEUR

Stephanie d'Oustrac, mezzosoprano

AMARILLIS

Heloise Gaillard, grabadoras

Violaine Cochard, clavecín y órgano positivo

Alice Piérot, violín

Gilone Gaubert-Jacques, violín

Fanny Paccoud, Alto

Emmanuel Jacques, violonchelo

Richard Myron, violone

Monica el ermitaño, Archiluth

Deja una respuesta

Tu dirección de correo electrónico no será publicada. Los campos obligatorios están marcados con *