News
02.02 - Festival musica Antigua au Panama 17.02 - Chapelle des Ursules à Angers Amarillis nominé aux ICMA 2018 MéChatmorphoses à l'Opéra de Dijon Amarillis sur les ondes
ResMusica
12/11/2017 · Joelle Farenc
« […] Benoît Arnould fait preuve d’un joli talent de comédien, assorti d’une voix agréable. […] L’intégralité du spectacle tient à donner cette idée de légèreté et de vivacité, et aussi celle du voyage d’une mini-troupe qui n’a besoin que de peu d’accessoires dans une mise en scène très inventive. […] La musique reste la clé du spectacle et le quatuor de musiciennes a remarquablement choisi le répertoire, qui sert pertinemment de commentaire instrumental aux affects exprimés sur scène. »
ConcertoNet
24/08/2017 · Sébastien Gauthier
« Un véritable marathon de presqu’une heure. Les difficultés techniques sont légion mais la musicienne s’en sort haut la main grâce à un art du détaché consommé, à une dextérité de chaque instant qui éclate tout particulièrement dans les mouvements rapides et à un sens de l’articulation qui donne toute sa signification aux mélodies composées par Telemann »
La Voix du Nord
15/06/2017 · Jean-Marie Duhamel
« Trois chanteurs impeccables […] une scénographie pétillante. »
Forum Opéra
16/05/2017 · Tania Bracq
« Il faut dire que l’Ensemble Amarillis fait montre d’un délicieux sens du phrasé, du contraste et d’une quête de couleur pleine d’élégance et de vivacité. Les musiciens ont manifestement plaisir à interpréter ce répertoire inhabituel et exigeant de musique contemporaine. Le plateau vocal est au diapason »
ClassiqueNews
16/05/2017 · Alexandre Pham
« Voilà un mixage lyrique intelligent entre baroque et contemporain qui interroge comme rarement la nature et l’identité du désir. […] 11 instrumentistes d’Amarillis, où brillent entre autres l’éclat mordoré des 2 cors naturels, et le joyeux, facétieux caquetage en diable des hautbois et du basson, d’un parfait équilibre sonore. »
Bachtrack
7/07/2016 · Suzanne Lay
« Belle idée que de commencer, avant l’entracte et le très attendu Stabat Mater de Pergolèse, par proposer à un auditoire agité un panorama de la musique baroque napolitaine. Les grandes qualités d’interprétation de l’Ensemble Amarillis, la direction partagée de Violaine Cochard, au clavier, d’Héloïse Gaillard, flûte et hautbois, et d’Alice Piérot au violon, s’avéra particulièrement pertinente à la fois pour lier le tout, et laisser les émergences solistes sonner gracieusement. […] Héloïse Gaillard brillait dans des parties solistes qui ne disaient pas leur nom. »
The New-York Times
31/05/2016 · James R. Oestreich
« La Double Coquette is a delightful confection ! »
Post and Courier
29/05/2016 · Jonathan Neufeld
« Clever, self-aware, funny and very well performed, La Double Coquette is a delight. »
Charleston City Paper
29/05/2016 · Connelly Hardaway
« The musicians, wearing black clothing and half-masks, are onstage throughout and sometimes assist or attend to the singers. The music and singing are wonderful. “Coquette” — with its cross-dressing and perfidy — felt like a giggle in the middle of a serious conversation — and a welcome one, to be sure. »
Forum Opéra
18/05/2016 · Alexandre Jamar
« Si Patricia Petibon a de l’énergie à revendre, elle n’est pas la seule, et l’on peut en dire autant des musiciens de l’ensemble Amarillis, qui confèrent aux différentes pages de ce concert un élan irrésistible, entraînés par leur directrice artistique Héloïse Gaillard »
Classica
/02/2015 · Philippe Venturini
« Comme dans les Concerts, le quatuor de musiciennes d’Amarillis trouve le tempo, le ton et les nuances ad hoc et accueille le chant d’une élégance supérieure de Mathias Vidal. »