News
30.07 - Festival Les Arts Jaillissants 01.08 - Festival baroque de Tarentaise Effervescence concertante, 17e cd d'Amarillis dans la presse La Double Coquette dans la presse Amarillis sur les ondes

Antonio Vivaldi

Concerti per flauto, per violoncello

Présentation

C’est un tour d’horizon du panorama concertiste vivaldien consacré à la flûte et au violoncelle que nous offre l’ensemble Amarillis en formation de chambre pour la première fois.

Afin de recréer un concert à l’Ospedale della Pietà, le programme fait alterner les voix de la flûte sopranino, de la flûte alto et du violoncelle. C’est avec bonheur que cet enregistrement réinvente avec la plus grande souplesse possible la diversité des couleurs, les contrastes rythmiques et dynamiques qui provoquent coups de théâtre ou rêveries mélancoliques.

Distinctions

Monde de la Musique 4****

La Scène musicale 5*****

Crescendo (Belgique) Joker (meilleure récompense)

Fono Forum (Allemagne) 4****

BBC music magazine 3,5 performance and sound

Scherzo (Espagne) Exceptional

Ce qu'en dit la presse

Diapason { février 2004 }
Un article du magazine musical Diapason
« … flatté par l'élégance du discours des belles individualités solistes, par la subtilité de l'accompagnement à un instrument par partie, très étudié dans la précision apportée aux nuances dynamiques et à la palette des couleurs, par le soin aussi, du traitement de la basse...
Lire la suite
Classica { mars 2004 }
Un article du magazine musical Classica
« Héloïse Gaillard prouve une fois de plus qu'elle maîtrise aussi bien le hautbois que la "flûte douce". Quelle variété de ton, quelle intelligence du discours ! (…) A ces tempos vivants, voire osés, dans lesquels beaucoup se seraient mis en danger, l'interprète évolue sans aucune...
Lire la suite
Le Monde de la Musique { février 2004 }
Philippe Venturini
« Ce mille-feuille vivaldien se veut aussi savoureux que contrasté. (…) La virtuosité de la flûte à bec exalte le lyrisme du violoncelle. Héloïse Gaillard maîtrise parfaitement ses instruments : la netteté des attaques, la tenue du souffle, la subtilité des nuances, la ductilité des phrasés, la diversité des couleurs et des ornements enrichissent la mélodie soliste. (…) Les mouvements lents révèlent des trésors de poésie. »
Ouest France { 12février 2004 }
Un article du journal Ouest France
« Elles relèvent le défi avec crânerie, aux côtés d'une formation qui s'affirme dans le paysage baroque français au fur et à mesure de ses sorties. Mais on y apprécie une approche élégante et délicate qui ne se départit pourtant pas d'un nécessaire caractère. »
Le Midi Libre { 04mars 2004 }
Un article du journal Le Midi Libre
« Amarillis donne aux concertos les plus connus une nouvelle saveur. (…) la flûte est d'un allégresse inouïe (…). Les adagios des RV 401 et RV 424 sont d'une vraie profondeur de sentiment. La vivacité est intacte, présente aussi chez des complices virtuoses...
Lire la suite
La Vie { 25mars 2004 }
Un article du magazine La Vie
« Ce qui frappe ici, c'est plutôt l'empathie avec la musique de Vivaldi, si riche que son interprétation peut toujours être renouvelée. Héloïse Gaillard, véritable âme de cet ensemble Amarillis, lui a fait mener une recherche sonore exceptionnelle. Les sept concertos du Prêtre roux rassemblés ici s'y révèlent en conséquence plus magiques encore qu'à l'accoutumée. »
Scherzo { juin 2004 }
Pablo Queipo de Llano Ocaña
« Cette interprétation d’Amarillis [...] mérite une place de choix parmi les références les plus remarquables du prêtre roux car elle est réalisée avec une réelle virtuosité, une maîtrise stylistique exquise et éloquente, en même temps qu’une sensibilité expressive avec force véhémence mais sans effets ou excès gratuits.
Amarillis offre une transparence cristalline de tons, un phrasé d’une très grande musicalité, un timbre raffiné et des prouesses techniques tout simplement excellentes, avec les deux solistes, les virtuoses sœurs Gaillard. »
Artículo periodístico en castellano aquí
BBC music magazine { avril 2009 }
George Pratt
"The musicians play with infectious energy […]. They’re rhythmically subtle: they lift the spirit with a hypnotic sewing-machine pulse, but then teasingly release the tension with contemplative moments in the solo episodes. [...] Amarillis raises huge, terrifying seas in La Tempesta di Mare, while Héloïse Gaillard’s alto recorder creates spine-chilling night-time ghosts and her sopranino makes a most convincing Goldfinch […]. Thrilling – fast, virtuosic and exuberantly decorated."

Distribution

AMARILLIS

Héloïse Gaillard flûtes à bec

Violaine Cochard clavecin

Ophélie Gaillard violoncelle

David Plantier, Lorenzo Collito violons

Patricia Gagnon alto

Richard Myron contrebasse

Laura Monica Pustilnik archiluth et guitare